WF Aviation, un projet qui donne de l’espoir !

Le territoire de Wallis et Futuna ne bénéficie actuellement que d’une seule compagnie aérienne : Air Calin. Cette dernière détient le monopole de la desserte vers les deux îles. Toutefois, depuis quelques mois, un nouveau projet aérien porté par l’entrepreneur Louis Alphonse donne de l’espoir à toute la communauté de Wallis et Futuna : le projet WF AVIATION.


Monsieur Alphonse, que représente le nom “WF AVIATION” ? Est-ce le nom officiel de la future compagnie ?

En fait, c’est le nom du projet de création de la compagnie et non pas le nom de la compagnie elle-même. Quand je parle de “projet de création de la compagnie”, je fais référence au groupe de travail qui œuvre à réunir toutes les conditions qui rendent la création d’une compagnie aérienne à Wallis et Futuna possible. Cela passe par l’étude de la faisabilité du projet, la présentation aux autorités compétentes, réunir les fonds, remplir toutes les formalités administratives, la promotion du projet etc. Une fois qu’on aura tout ça, alors on pourra commencer à se pencher sur le nom de la compagnie.

D’où vient cette volonté de vouloir créer WF AVIATION ?

J’étais à Papeete en Juillet 2018 et à cette occasion, j’ai rencontré mon actuel collaborateur, Mr Olivier BOLE, consultant aéronautique, qui venait de participer à l’implantation de FRENCH BEE. L’idée d’avoir de nouvelles lignes à des tarifs plus attractifs avait suscité beaucoup d’intérêt chez moi. Nous avons donc continué à échanger et c’est venu naturellement. Personnellement j’aime les challenges, il y avait donc un réel attrait pour moi. Par ailleurs, étant un enfant du pays, il y avait aussi une dimension sentimentale d’imaginer réussir un tel projet dans et pour son pays natal (surtout quand on sait la situation monopolistique que connaît le territoire depuis des années).

Combien de gens travaillent avec vous sur ce projet ?

À plein temps, une seule personne, Mr Olivier BOLE. J’ai ensuite beaucoup d’amis qui donnent de leur temps, de leur énergie, et de leur argent aussi pour m’aider.

Quel est la situation actuelle du projet ? Où en êtes-vous ?

Le business plan étant terminé depuis juin, nous en sommes au financement du projet.  Ce financement servira à honorer nos engagements auprès des différents partenaires. Par exemple, la société de leasing (de location) pour les appareils et à celle concernant le Jet Fuel. De plus des discussions ont été lancées en parallèle avec l’Aviation Civile pour avoir les autorisations nécessaires (Certificat Transport Aérien, licence d’exploitation) c’est-à-dire tous les prérequis avant d’envisager le lancement d’une telle activité.

Combien de postes estimez-vous pouvoir créer grâce à ce projet ?

Nous avons annoncé 93 emplois liés à la compagnie ( personnel naviguant, pilotes, techniciens, administratif, marketing, et d’autres compétences/métiers encore).

Ce point est essentiel. L’un des objectifs d’un tel projet est bien entendu de créer de l’emploi pour fixer la population afin d’endiguer ce phénomène d’exode et de dépeuplement.  Pour autant, lors du lancement de la compagnie, toutes les compétences ne seront pas présentes immédiatement dans la communauté. Toutefois, c’est parce qu’on aura cet outil-là-cette compagnie aérienne Wallisienne et Futunienne-qu’on pourra éveiller des vocations, accompagner les futurs générations dans tous les métiers directement liés à son activité.

J’insiste donc sur le fait que c’est un projet structurant pour la communauté et qui, malgré un lancement des opérations prévu fin 2020, continuera à se structurer, sur 5 ans, sur 10 ans, avec un gain progressif en expériences et en compétences. 

Le but est donc d’avoir une compagnie 100% locale, n’est-ce pas ?

À terme, ça serait l’idéal car on est un petit territoire avec peu d’emplois. Après, bien que ça soit dans mes intentions, il se peut que je n’y arrive pas totalement. L’avenir le dira.

Quelle est votre estimation du prix des billets ?

Nous avons annoncé entre 20 et 25 % moins cher que la moyenne des tarifs pratiqués actuellement.

Que voudriez-vous répondre aux personnes qui doutent de la sécurité des futurs avions de votre entreprise ?

Nous avons sélectionné deux Airbus A220 neufs pour notre projet. Airbus est un constructeur mondialement connu qui a fait ses preuves, d’ailleurs l’opérateur actuel AirCalin utilise un A320 pour desservir Wallis. À cela se rajoute toute la réglementation en terme de sécurité, de contrôles, toutes les procédures au sol et en vol qui sont mises en place pour renforcer la sécurité des passagers.

Par ailleurs, si les autorisations sont délivrées par l’aviation civile, c’est que la compagnie sera conforme aux mêmes exigences qu’un opérateur comme AirCalin.

Louis Alphonse et Olivier Bole lors de la présentation de l’A220 en Nouvelle Calédonie.
Voir le reportage de Wallis et Futuna 1ère

Pensez-vous pouvoir ainsi donner un coup de pouce au tourisme à Wallis et Futuna ?

À partir du moment où il y a une multiplication des fréquences de vols et des tarifs plus incitatifs, le contexte sera plus favorable au développement du tourisme.

Par ailleurs, pour qu’il y ait une demande des autres îles de découvrir Wallis et Futuna, il faut de la visibilité or aujourd’hui nous n’en avons quasiment pas. La création d’une compagnie aérienne Wallisienne et Futunienne est donc nécessaire dans ce sens-là aussi. En travaillant avec des offices de tourisme, des agences de voyages, des hôteliers par exemple, la compagnie permettra de mettre en valeur le territoire et le faire rayonner un peu plus dans la région.

Et les emplois indirectement liés ?

Une fois que vous êtes en mesure d’apporter plus de sièges à des prix plus attractifs, il y aura forcément un développement de la petite hôtellerie, de la restauration, des prestations de services, taxi boat, locations de véhicules etc. Ces entreprises investiront pour agrandir leur activité et créeront de l’emploi à leur tour. Il y a réellement un intérêt économique immense derrière un tel projet.

Avez-vous déjà réuni les fonds pour le projet ? 

Non, on n’a pas encore la totalité. Il y a plusieurs leviers possibles mais là où nous nous focalisons actuellement c’est bien de prouver qu’il existe une vraie volonté populaire des Wallisiens et Futuniens d’investir dans le projet. Nous essayons donc de convaincre le plus possible d’entrepreneurs de la communauté et nous préparons également un appel public à l’épargne afin que la population puisse contribuer à l’aboutissement de WF AVIATION.

Quand vous parlez d’épargne publique, qu’entendez-vous par là ? Comment pouvez-vous encore une fois garantir le fait que cet argent soit bien reversé au projet?

Une structure parallèle qu’on a appelé la « SAS des petits porteurs » sera destinée à accueillir les fonds de toutes les personnes qui voudront participer financièrement, à hauteur de leurs moyens, à la création de la compagnie. Une charte sera proposée aux contributeurs, où seront exposés les modalités, ce à quoi ils s’engagent et à quels fins seront utilisés leurs fonds.

Est-ce que la population locale soutient ce projet ?

Des retours que j’ai, ils attendent la compagnie avec impatience et sont très enthousiastes. Ils sont très demandeurs d’informations et nous encouragent beaucoup aussi. C’est vraiment très positif.

Qu’en est-il de la population d’origine Wallisienne et Futunienne résidant à Nouméa et en Métropole ?

Ils sont autant concernés ! Je reçois déjà beaucoup de demandes d’information par mail, des candidatures, de Calédonie, de France, de Polynésie Française. Eux aussi ont un rôle à jouer car leurs sacrifices et leur travail doivent trouver un écho dans la réussite d’un tel projet. Il faut qu’ils sachent que leur retour sur le Fenua, avec leurs acquis et leur expérience, est plus qu’encouragé !

Présentation du projet à Futuna

Qu’en est-il des politiques et de la coutume ? Quelle est leur position ?

Dans l’optique de lancer un appel public à l’épargne, nous envisageons d’aller à la rencontre des chefferies de Wallis et Futuna afin de leur demander le soutien, car même si la population soutien le projet, nous tenons à associer les chefferies et la coutume au sein de cette aventure.

Quand estimez-vous pouvoir lancer officiellement la compagnie ?  

Lors de nos premières communications, nous avons annoncé un lancement des opérations fin 2020.


Si vous avez d’autres questions concernant ce projet (date de lancement, investissement dans le projet, recrutement etc.) :

Par mail 👉 compagnie.wf.aviation@gmail.com

Par Facebook 👉 WF AVIATION


Mahina mag pacifique