Où trouver un bon tatoueur polynésien en France ?

Très bonne question. Pour les amoureux de la Polynésie (on parle de toutes les îles polynésiennes donc Tahiti et ses îles, Wallis et Futuna, Samoa, NZ, Tonga etc.) et de ses tatouages ancestraux, il est toujours très compliqué de trouver un bon tatoueur en France. Découvrez dans cet article quelques adresses qui ne vous décevront pas !


Accueil » Où trouver un bon tatoueur polynésien en France ?

Le tatouage polynésien : Effet de mode ? Appropriation culturelle ? Ou reconnaissance du patrimoine ancestral ?

Avant toute chose, il est essentiel de rappeler que ce n’est pas parce qu’on pique dans un salon que l’on est forcément un très bon tatoueur. On s’explique. Tatouer (donc dessiner), c’est un art qui se perfectionne chaque jour un peu plus et jusqu’à la fin. Ce qui veut dire que pour être un très bon tatoueur, il faut quand même un paquet d’heures de travail et des années d’expériences. Pour être un peu plus clair, on ne devient pas Tintin du jour au lendemain (même si c’est une autre catégorie). Certes, il y a peut être des personnes plus douées que d’autres avec un crayon mais l’excellence, c’est surtout du travail. Donc, même si vous trouvez une multitude d’adresses de salons/ de tatoueurs en France Métropolitaine, méfiez-vous !

On a d’ailleurs un super compte insta (Tattoo Punisher 2) qui partage toutes les horreurs qui existent en terme de tatouage.

Voici une belle illustration de ce qu’il ne faut surtout pas avoir sur son dos ! Attention, ça pique les yeux mais c’est un bon moyen d’avertir les gens avant de se faire tatouer ;).

Donc, vous l’avez compris, on trouve beaucoup de tatoueur mais peu de très bons tatoueurs, des gens qui savent vraiment bien dessiner un trait (dit comme ça, ça paraît idiot mais regarder de plus près les traits et vous comprendrez), faire de bons ombrages, qui prend le temps de bien conseiller le client etc. Bref.

Mais ce n’est pas tout. On le sait, le tatouage polynésien est connu (et reconnu) mondialement. Ces tatouages ancestraux/claniques ont, selon nous, deux dimensions. La première touche les vrais initiés, ceux qui adoptent la culture et son respect, ceux qui à travers ses dessins racontent une histoire, un événement personnel. Par exemple, nous avons rencontré une jeune tahitienne il y a peu de temps. Cette dernière nous a raconté l’histoire de son tatouage, une immense raie qu’elle porte fièrement sur son omoplate. Elle nous a expliqué que l’animal racontait son histoire avec sa grand-mère qu’elle avait perdu et qui pour elle était un pilier dans sa vie. Chaque symbole était significatif, important et logique. C’était sa manière à elle de faire le deuil tout en avançant encore plus forte qu’avant.

Mais ce n’est pas toujours le cas. Ce qui nous amène la seconde dimension, celle qui permet aujourd’hui au Tata’u d’être présent partout dans le monde : l’effet de mode ! Vous aimez les All Blacks ? Vous êtes tombé amoureux de la Polynésie lors d’un voyage ? Le Tamure vous ambiance ? Ou vous aimez juste le design des tatouages polynésiens ? Et bien, go pour un tatouage souvenir alors, non ?

En effet, c’est très réducteur et nous ne pouvons pas juger ce qui est réellement important pour autrui car cela reste quelque chose de subjectif mais, il est quand même fréquent d’entendre ces types de réponses :

« J’aime bien le dessin », « Je suis partie en Polynésie / en Nouvelle Zealand, j’ai voulu me ramener un souvenir de là-bas, c’était tellement beau », « C’est trop stylé les tatouages maoris ». etc. etc. etc.

Et en vrai, pourquoi pas ? Avec cet effet de mode, c’est aussi la culture de nos îles qui est exposée aux yeux du monde entier, non ? C’est un beau tremplin, un moyen de s’exprimer et de montrer la richesse de ces cultures. Toutefois, il reste quand même un point épineux qui reste en tête… L’appropriation culturelle.

Effet de mode = appropriation culturelle ?

Oui, c’est fortement probable. Mais, il ne suffit pas de le dire, il faut aussi l’assumer et en faire quelque chose de bien, de mieux. Et entre nous, si on se lance dans ce débat, on risque de vous pondre 3 pages sur le sujet. 😉


Les bonnes adresses pour faire votre tatouage polynésien en France

Tagaloa Tattoo Nîmes

Gros coup de coeur pour ce studio Tagaloa Tattoo à Nîmes. Franchement, vous pouvez y aller les yeux fermés ! Dans l’équipe, vous trouverez Moana (d’origine futunienne) et Karere (d’origine marquisienne). Et si on ne se trompe pas, parfois ils collaborent avec des artistes samoans.

Pour le style, ils proposent des tatouages d’inspiration samoane, fidjienne, marquienne et wallisienne/futunienne. C’est vraiment un duo parfait !

Mana Maori Tatau

Qui ne connaît pas Tiatia et son équipe en France ? C’est une vraie référence dans le coin. Vous pouvez lui faire confiance pour votre projet de tatouage.

D’ailleurs, sa nouvelle perle « Lolo »est au top. L’illustration à côté, c’est de lui. Attention, ils sont spécialisés en tatouage tahitien.

Ils sont à Paris, Moissy Cramayel, Nancy et Besançon. Pour contacter Mana Maori Tatau, c’est ici.

Mana Toa Polynesian Tattoo à Marseille

Moanatoa est d’origine tahitienne. Il exerce depuis 2015 et s’est installé à Marseille au 44 rue Delanglade.

Ses dessins sont plutôt du style polynésien moderne. Vous retrouvez des motifs venant d’îles différentes. N’hésitez pas à le contacter ici si vous êtes dans la région. 👍

Temauri Tattoo dans le Var

Voici notre dernier chouchou, Temauri Tattoo. Cela fait un petit moment qu’on suit son activité et on remarque que cet artiste progresse un peu plus chaque jour 💪.

Son style est plutôt marquisien mais il propose aussi du polynésien moderne. N’hésitez pas à le suivre sur Facebook, il propose régulièrement des lives où pouvez le suivre pendant qu’il pique.

Et pour aller plus loin…

Voici quelques références qu’on souhaite partager avec vous.

Mau Moko, le monde du tatouage Maori

Ce livre est une pure merveille. Des photos magnifiques accompagnent le récit et l’histoire du Moko, ce fameux tatouage Maori. C’est émouvant, inspirant et plein de courage. On vous le conseille, il est vraiment extra, on a adoré.

Patutiki 1 & 2, le guide des motifs

Ces deux livres de Teiki Huukena (originaire de Nuku Hiva) accompagné des Docteurs en anthropologie et archéologie Marie-Noëlle et Pierre Ottino-Garanger, recense et explique de nombreux motifs tahitiens, marquisiens et samoans et c’est vraiment impressionnant.

Le Fabulous Tiki Week-End

Si vous ne connaissez pas encore le Festival Fabulous Tiki Week-End, c’est normal, la première édition s’est tenue l’an dernier. Donc, pendant 2 jours, les organisateurs rassemblent de nombreux tatoueurs polynésiens ( comme Makalio Folitu’u, Po’oino Yrondi, fondateur du mouvement New Tribal Polynésian Tattoos etc.). à Ozoir-La-Ferrière (77). L’an dernier était une tuerie et cette année sera probablement tout aussi top !

Mahina mag pacifique